© Elise Peroi

TRAME SENSIBLE - LIAISON VIBRATOIRE

Two structures are facing one another, one of which is analog, and the other being digital. Drawing on one another in order to live together, these structures play on the sound and inner music of silence.
Mythology brings into echo the strong ties that singing and weaving maintain together.

The loom is seen as a musical instrument made of numerous strings with a sound of silence and a few snaps. Textile walls play with this symbol of sound partition, door and passage, which arouse curiosity. The pace of time, the continuing metronome echoes with the gesture which is repeated perpetually, like a harpist weaving an instant of time.

Music today can be digital, made up of numbers, 1, 0, weaving being its forerunner, as if the outlines of a painting were pixelised. The aim is to recreate information, by removing what the eye and the ear cannot perceive. Information has reduced what is inaudible, invisible.

__________________________________________________________________

Deux structures - l’une “analogique”, l’autre “numérique” - se font face. S’inspirant chacune l’une de l’autre pour vivre ensemble, elles jouent sur le sonore et la musique intérieure du silence.
La mythologie met en écho les liens étroits qu’entretiennent le chant et le tissage.

Le métier à tisser se regarde comme un instrument de musique fait de nombreuses cordes dont le son est un silence et quelques claquements. Les parois textiles, jouent de ce symbole de cloison sonore, de porte, de passage et invitent à la curiosité. Le rythme du temps, l’incessant métronome résonne avec le geste qui se répète perpétuellement pour la réalisation de l’ouvrage. Comme un harpiste tisseur de l’instant.

La musique aujourd’hui peut être numérique elle est faite de nombre, de 1, de 0 le tissage est son ancêtre c’est comme une peinture dont on aurait pixelisée les contours. On cherche à recréer l’information en enlevant ce que l’œil et l’oreille ne perçoivent pas. Ce qui est inaudible, invisible, l’information la réduit.

Conception: Elise Peroi
Réalisation: Manu Talbot, Laurent Talbot (du collectif Bots Conspiracy) Antoine Goldschmidt (MagicStreet)
Création/technique numérique: Manu Talbot
Création/technique sonore: Jeremy Trossat
Création/technique lumière: Gregory Rivoux

Visions 05 > 27.10.2017 - Halles de Schaerbeek

Article L'Echo

©Nicolas Van Caillie

©Thomas Jean Henri